lundi 14 septembre 2015

"146298" de Rachel Corenblit

Chronique de Pépita du blog Méli-Mélo de livres




Puis une remarque qui la pique. Celle de son amoureux musulman.

Et puis, d'un coup, cela devient vital : une nécessité impérieuse de comprendre le destin de sa grand-mère qui a ces six chiffres tatoués sur son bras : 146298. 


Sa grand-mère qui perd la mémoire. Alors, la jeune fille prend une décision indélébile, au grand désarroi de son amoureux qui ne comprend pas bien. Elle fait le choix de la mémoire contre l'oubli. Avant qu'il ne soit trop tard. Nul n'est éternel.

Elle veut éprouver dans son corps. Chaque chiffre prend alors une signification vers un chemin très douloureux, bien plus que ce qu'elle éprouve elle-même. Un chiffre symbole de ce qu'a vécu sa grand-mère à 14 ans : la rafle, la longue traversée en train, le camp de concentration, la perte des proches, le travail forcé, la longue agonie de la marche dans le froid sibérien avant la libération enfin.


Une force telle dans ce récit, dans ce lien invisible entre une jeune fille et sa grand-mère. La force d'un témoignage qui traverse les générations.

Pour se souvenir.

Pour ne pas oublier.

Les êtres que l'on aime ont eu une vie, leur vie. Comment les garder en soi ? Un texte bouleversant et lumineux. Lu d'une traite comme toujours dans cette collection. Mais je ne comprends pas bien le rapport avec le baby-foot de la couverture...