mardi 21 mars 2017

"Y a pas de héros dans ma famille" de Jo Witek

Chronique du blog Une berge à l'autre


« Un héros n’est pas forcément quelqu’un qui a une médaille, un trophée ou une cape de Zorro. »

Maurice Dambek et Mo sont une seule et même personne. Le premier est le nom officiel de l’élève studieux et poli apprécié par sa maîtresse de CM2, Mme Rubiella. Le second est un surnom, celui utilisé par sa famille pour qualifier le petit dernier de la fratrie. A l’école, « on se tient bien, on parle comme dans les livres, on entend les mouches voler ». A la maison (ou plutôt dans le minuscule appartement où l'on s'entasse à six, plus les deux chiens), « ça parle fort, ça hurle, du dedans et du dehors, ça dit des gros mots ». Loin de sombrer dans la schizophrénie, Maurice s’est habitué à ses deux identités, il a construit des barrières infranchissables entre ses deux mondes et il lui parait naturel de passer « deux fois par jour et cinq jours par semaine » la frontière d’un pays à l’autre.

Mais quand Mo se rend chez son ami Hippolyte et voit sur le mur les photographies de ses ancêtres (un grand chirurgien humanitaire, un prix Nobel de physique, un acteur célèbre, etc.), il a soudainement honte de sa propre famille et commence à s'en éloigner. Parce que chez lui, il en est certain, il n’y pas de héros mais que des zéros.

Un roman pétillant et un narrateur plein de gouaille à la naïveté touchante. Jo Witek a pris le temps de donner corps à sa famille de bras cassés (mère au foyer, père au chômage, frères flirtant avec la délinquance et sœur fashion victim), ne laissant personne dans la superficialité, offrant au contraire à chacun une densité, une épaisseur qui le rend attachant. C’est vivant, drôle et rythmé, les dialogues claquent sans langue de bois, les interactions fonctionnent comme une mécanique bien huilée et rien ne sonne faux. Un texte positif et plein d’humanité, je me suis régalé.

"Ce que Zoé préfère" de Marine Tasso et Séverine Assous

Chronique du site ActuaLitté



Zoé, huit ans, adore rédiger toutes sortes de listes. C’est une passion qui nécessite rigueur et discipline. Alors chaque soir, en rentrant de l’école, elle s’installe à son bureau et contemple l’arc-en-ciel fluo de ses pense -bêtes.

Elle passe en revue tout ce qui lui semble important, nécessaire, comme ses animaux fétiches, ses meilleurs amis du moment...

Elle griffonne des idées pour ses devoirs d’école, met à jour certaines listes. Fait l’inventaire de ses journées, ordonne ses pensées. Un moyen pour elle de tout organiser, de tout trier, mais avant tout de garder en mémoire les instants les plus précieux.

Marine Tasso possède une plume vive et dynamique, qui crépite sur la langue comme une friandise acidulée. Elle tisse un cocon au ton espiègle où le lecteur — petit ou grand — se sentira en terrain connu. Qui n’a jamais dressé sa liste de cadeaux de Noël ? De tâches à effectuer ? Ou même de livres à lire ?

Sorte de photos-souvenirs, de petits trésors, les listes colorent notre quotidien parfois trop gris.

L’univers fantaisiste de l’auteure est sublimé par le travail graphique de Séverine Assous. À travers un kaléidoscope de couleurs, toutes plus éclatantes les unes que les autres, des formes géométriques et une mise en page audacieuse, l’illustratrice retranscrit toute la vitalité de la petite Zoé. On reconnaît d’emblée ce trait rond et pêchu, à la Kandinsky — un style délirant mêlant art moderne et expressionnisme.

Un ouvrage on ne peut plus pétillant sur une manie qui finalement n’en est pas vraiment une, au contraire, mais plutôt signe d’imagination et de créativité ! À découvrir très vite !

lundi 20 mars 2017

"Le groupe" de Jean-Philippe Blondel

Chronique du blog On l'a lu


Lorsque Marion, professeur de philosophie, lui propose de monter un atelier d’écriture avec des élèves de terminale, François n’a pas le cœur de refuser. Écrivain et professeur d’anglais, il devient alors le capitaine d’un bateau, guidant des marins vers ce qui le fait vibrer le plus au monde : l’écriture. Dans ce groupe de douze -dix élèves, deux adultes-, aucun jugement ni conseil, mais une parole libérée de toutes contraintes. La théorie de François : plus on écrit, plus on écrit… c’est à dire que plus on s’exerce, moins on aura de difficultés à s’exprimer. Une heure par semaine pendant un an, réunis en huit clos, le groupe va s’entraîner grâce à de petits exercices, retranscrits chaque fois sur les pages, exercices qui les amèneront à réfléchir, et à faire part de leurs sentiments, de leurs doutes, de leurs questionnements intérieurs.

Tout le monde à égalité

Pendant soixante minutes, les participants sont sur un pied d’égalité. Dans la petite salle de réunion, le rapport professeurs/élèves n’existe plus. Penchés sur leurs feuilles, le stylo à la main, ils écrivent, de concert. Subtilement, l’auteur nous fait entrer dans les pensées des personnages : celles de lycéens, Léo, Nina, Émeline, Maxime… et celles des deux enseignants. Grâce à leurs textes parfois malhabiles, leurs vies vont apparaître, comme par enchantement.

Le jeu de l’intime

Roman polyphonique, « Le groupe » ne conte pas seulement les récits de vie croisés de lycéens ; il tend surtout à laisser apparaître les émotions face à l’écriture, le processus d’une action tellement personnelle que les élèves ne doivent pas relever la tête lorsqu’ils écrivent, seul ordre du professeur, afin de ne pas perturber les autres. Peu à peu, s’astreignant avec toujours plus de rigueur aux activités d’écriture proposées par François, ils finissent chaque fois par jouer le jeu dangereux de l’intime, même en se glissant dans la peau d’un autre. Le piège se referme sur eux, et leur aventure au départ personnelle, sera désormais pleinement collective. De ce cloisonnement, dont ils ne pensaient pas qu’il irait aussi loin, ils en sortiront grandis, bouleversés, désabusés… et le lecteur aussi.


mercredi 1 mars 2017

"Les présidents de la république" de Vincent Cuvellier

Chronique du blog Voyage au pays des livres



En cette période d’élection présidentielle, Actes Sud Junior publie une nouvelle édition de l’ouvrage de Vincent Cuvellier, Les Présidents de la République. Un livre extrêmement bien documenté et réalisé avec humour qui dresse le portrait de tous les présidents de la République française, du premier, Napoléon Bonaparte (Napoléon III) à notre actuel président, François Hollande. On apprend une mine d’informations : le premier président se proclama ensuite empereur, le deuxième, Patrice de Mac-Mahon a fait massacrer les parisiens ce que l’on appelle l’insurrection de la Commune… Au départ, la fonction de président n’était pas très stable et c’est Charles de Gaulle et la Vème République qui ont permis de changer les choses. Cet ouvrage est ponctué par les très drôles illustrations de Jean-Christophe Mazurie.

Un livre qui s’adresse aux enfants à partir de 9 ans mais qui saura aussi séduire leurs parents. Un vrai plaisir de lecture !

mardi 28 février 2017

"Lucile Finemouche & le balafré" de Juliette Vallery et Annabelle Fati

Chronique du blog Clarabel


C'est avec bonheur que j'ai retrouvé Lucile Finemouche dans une nouvelle aventure passionnante. ♥
Avec son associé Machan MacFloherty, dit le Balafré, elle poursuit avec assiduité son enquête sur les objets chronomanciens. Après une première affaire bouclée dans La Dimension Chronogyre, notre duo se met en tête de percer le mystère d'une machine à écrire qui appartient à la famille du Balafré depuis des générations. Celle-ci a pour particularité de revenir à la ligne tous les six mots. On les retrouve donc en pleine épopée pour atteindre les Pouces-Hauts où les attend la joyeuse tribu MacFloherty pour une vertigineuse rencontre haute en couleur. C'est aussi l'occasion pour nous de briser la carapace de Machan, au-delà du personnage austère et imperméable qu'il prétend être. Et quel bonheur. Mais les membres de l'agence 3ID ont à peine le temps de dire ouf qu'ils doivent rebondir sur de nouvelles pistes et se rendre illico dans la ville portuaire d'Otterness. 
Il faut savourer le cadre, l'ambiance et l'originalité de l'histoire à chaque instant. En ce qui me concerne, je suis totalement subjuguée. On y croise à la fois des détails incongrus et fantastiques, comme des fantômes, des pattes-de-fourche de bouc, des esprits frappeurs, des horlogers peu communs, des dessins évocateurs, un manoir maudit... et un Machan qui disparaît sans laisser la moindre trace ! On a là une lecture tour à tour prodigieuse et palpitante, écrite avec un humour subtil et un sens exquis pour entretenir le suspense. Le tout est savamment troussé, complètement déjanté, dynamique et farfelu. Un pur régal. Il me tarde de lire le prochain épisode au sujet de l'Invertigo (un grand miroir de cabaret)

lundi 27 février 2017

"Ce que Zoé préfère" de Marine Tasso et Séverine Assous

Chronique du blog "Les petites madeleines"


Un album tendre et malicieux sur la listomanie !! Faites comme Zoé, lancez-vous dans les listes pour égayer votre quotidien....

"Zoé aime faire des listes. Sur des pense-bêtes colorés, elle écrit, dans le bon ordre, les noms de ses meilleurs amis du jour, de ses animaux favoris, de ce qu’elle déteste mais aussi et, surtout, de ce qu’elle préfère. À travers sa petite manie de tout lister, ce sont ses préoccupations, son univers de petite fille qui sont racontés et mis en images avec fantaisie."

Quelle belle idée de traiter l'amour des listes dans un album pour enfant ! Parce qu'on peut en faire sur tellement de choses, des petits riens anodins aux grands choix existentiels. Et l'imagination enfantine ne s'en lasse pas. La poésie et la tendresse sont au rendez-vous dans cet inventaire des listes de Zoé ! J'ai adoré le rendu graphique des illustrations de Séverine Assous, avec ces transparences de couleurs vives, cette tonalité presque rétro et son style que j'associe aux pubs et à la presse qu'elle illustre par ailleurs. Un joli album qui plaira aux petites demoiselles comme aux plus grandes ! ;)