lundi 26 octobre 2015

"Adama" de Julien Lilti Simon Rouby

Chronique du blog Takalirsa



Cet album richement illustré, tiré du film d'animation, est un conte moderne qui rend hommage à ces Africains enrôlés de force dans "la guerre des Blancs". Il est inspiré de l'histoire de Abdoulaye N'Diaye, le dernier tirailleur sénégalais de la Première Guerre mondiale, mort à l'âge de 104 ans.

On y voit la Grande Guerre à travers les yeux du jeune Adama qui découvre le conflit au fil d'un long et périlleux voyage lui faisant braver l'inconnu et surtout les croyances qu'on lui a inculquées. Car les deux principaux thèmes, la Guerre et l'Afrique, restent étroitement liés tout au long de ce récit d'aventure. On passe des couleurs chaudes du désert caniculaire au gris enneigé des paysages français dévastés, de l'oiseau à l'avion blancs, de la festivité d'un rituel initiatique à la souffrance des soldats blessés. Adama est à la fois surpris par cette culture si opposée à la sienne (il fait un passage à Paris), et choqué par ces visages familiers (Djo, Abdou) défigurés par le combat : "Tout ce que j'ai vu est une pluie de flammes", dit ce soldat brûlé qui revient de Verdun.


Pour autant, on n'apprend pas grand chose sur la Première Guerre mondiale, ce livre n'ayant pas vocation à documenter sur le sujet. L'accent est davantage mis sur les émotions, à grand renfort d'illustrations issues du film d'animation et de dessins au lavis. Le petit défaut également de ce "livre du film", c'est que l'on a souvent l'impression que les épisodes se succèdent sans véritable transition. Mais l'album est dans son ensemble agréable à lire - davantage certainement quand on a vu le film et que l'on souhaite en prolonger le plaisir.