vendredi 23 octobre 2015

"Pensée assise" de Mathieu Robin

Chronique du blog Takalirsa


L'histoire désabusée d'un jeune homme n'arrivant pas à assumer son handicap.

Théo est un éternel insatisfait. Tout chez lui est prétexte à se plaindre et à râler, et bien sûr sa paraplégie partielle n'arrange rien ! Agacé par la condescendance des autres, il est persuadé de servir de faire-valoir et refuse "de se faire des amis en apitoyant les gens sur son sort". Il n'accepte aucune aide extérieure et rejette toute approche amicale. Cette attitude détestable lui vaut bien sûr une grande solitude. Seul son ami Simon trouve grâce à ses yeux, parce qu'il "reste égal à lui-même" depuis l'accident.

L'arrivée de Sofia ne change pas grand chose à la situation, du moins dans un premier temps. Théo se sent "plus drôle, plus beau et beaucoup plus intéressant en sa présence", mais son amertume finit souvent par tout gâcher. Seules les séances de piscine semblent lui faire oublier le poids mort du bas de son corps. La scène où Sofia et lui se laissent couler au fond de l'eau en s'embrassant (comme sur la couverture) est très belle. Cependant rien n'y fait : Théo ne sera pas satisfait tant qu'il n'aura pas embrassé Sofia debout, comme n'importe quel couple normal.

Cet objectif devient une véritable obsession pour lui : "Il fallait vraiment que je sois à sa hauteur" (au sens propre comme au figuré ?). Son acharnement est impressionnant. Presque drôle, également. Et c'est bien cela qui est intrigant dans ce roman : on décèle de la souffrance derrière l'attitude exécrable, une pointe d'ironie dans certaines scènes ou propos virulents, mais on ne parvient pas à s'attacher à ce héros (bon en même temps il ne le veut pas !). Comme il le dit lui-même : "La vie pouvait être simple. C'était moi qui étais compliqué" !

Et puis au détour d'une phrase, on en vient à se demander s'il est uniquement question de handicap dans l'attitude de Théo : celui-ci reconnaît en effet que l'amour est "un sacré poids à assumer" et qu'il n'a "peut-être pas les épaules assez solides"... Sa paraplégie ne cacherait-elle pas une peur de s'engager ? Ses sentiments sont profonds et sincères, et la peur de souffrir le hante...

C'est Sofia qui aura le dernier mot dans cette histoire d'amour masquée. Le roman propose ce genre de fin qui laisse au lecteur la liberté d'imaginer la suite. Théo a-t-il franchi la première étape d'un fastidieux retour à un semblant de normalité ? Sofia lui a-t-elle ouvert les yeux en s'amusant à inverser les rôles ? Chacun jugera !