lundi 7 décembre 2015

"Paloma et la vaste monde" de Véronique Ovaldé & Jeanne Detallante

Chronique de Nathalie Riché du blog "Allon Z'enfants"


Elles sont trois. Trois sœurs, trois visions du monde.
L’aînée, Santa Maria, la cadette Paloma, et Rubéole la petite dernière qui s’appelle en réalité Valérie.
L’aînée est sage et responsable, la petite joue avec ses collections de poupées et de chevaux à paillettes et puis il y a Paloma, la cadette. Ou bien Colombe.
Colombe ne rêve que de s’envoler, car la rue du Capitole lui paraît bien étroite, les gens bien étriqués. Non, Paloma, elle, rêve en grand. Elle rêve du vaste monde et de tout ce qu’il y a à voir et à découvrir. 
Paloma et le vaste monde 2
Comme son père qui était pilote de ligne et qui a disparu dans le brouillard des Bermudes, laissant de lui un flou artistique. Paloma rêve à partir des boules de neige que son père lui rapportait de ses voyages : Seattle, San Francisco, Mexico…
Elle a peur de s’enraciner, elle a peur que des branches et des racines poussent à ses pieds et l’empêchent d’aller voir ailleurs si le ciel est plus bleu.
Pourquoi rester rue du Capitole quand il y a tant à découvrir ? La maman comprend cette fille si rêveuse, car elle a vu dans ses yeux briller la même petite lueur que celle qui animait le regard de son mari disparu. Elle y a vu le mot « Aventure ».
Alors, elle organise une fête pour que Paloma puisse dire au revoir à tous et partir. L’aimer c’est la laisser accomplir son destin. Ne surtout pas la retenir. Partir pour mieux revenir. Une histoire qui résonne avec le joli album de Delphine Perret, Pablo et la chaise.
Le parti pris très coloré de Jeanne Detallante et ses grands portraits en plan serré, tient le lecteur au plus près du désir de Paloma, comme si nous étions dans sa tête, dans ses rêves.
C’est un album à la fois poétique et un joli message de confiance en soi qu’offre ici Véronique Ovaldé. Car on se doit, parents, de faire ce cadeau à nos petits : les laisser accomplir leur rêve.